Avec la contribution de SEGAL LLP

L’associé directeur de Segal LLP dirige la séance sur la tokenisation des actifs immobiliers.

« Actuellement, la seule constante est le changement, déclare Dan Natale, associé directeur à Segal LLP et hôte de la séance sur la tokenisation des actifs immobiliers qui s’est tenue dans le cadre de la série Real Estate and Construction Summit, Building a Global Future organisée par Moore Global.

Il ajoute, dans son introduction, que les cohortes des générations Y et Z à venir « utiliseront et incorporeront la technologie et les nouveaux outils financiers afin de démocratiser et élargir davantage l’accès aux actifs immobiliers. Il est évident que le secteur immobilier n’est pas insensible à ces changements sociétaux. Les gestionnaires immobiliers doivent accepter cette évidence et s’adapter pour réussir dans cet univers en évolution constante. »

Pour fournir un aperçu de la façon de s’attaquer ou de s’adapter à ces changements, M. Natale a demandé à un groupe d’experts de partager des idées innovantes et particulièrement intéressantes sur les approches que peuvent adopter les gestionnaires immobiliers :

  • liquidités pour les propriétaires de biens immobiliers commerciaux;
  • identification des régions convenant pour un futur investissement de capitaux;
  • promotion de l’égalité en matière de genre et de race;
  • exploration de techniques environnementales et de nouvelles techniques de construction;
  • autres sources pour se procurer des capitaux.

Aujourd’hui, le coût de la vente d’actifs immobiliers est élevé, et les obstacles à l’investissement dans de tels actifs sont également difficiles à franchir.

Or, la tokenisation atténue ces obstacles et démocratise réellement le processus. La tokenisation permet à la nouvelle génération de particuliers investisseurs d’acheter une part d’un bien immobilier. Ensemble, les plateformes de tokenisation et de chaînes de blocs permettent aux particuliers d’acheter et de vendre des parts d’actifs immobiliers indépendants.

Mais ce type de nouveau produit détourne-t-il des plateformes traditionnelles les investisseurs qui veulent se procurer des capitaux? Noah Buxton, l’un des présentateurs et responsable des pratiques relatives aux chaînes de blocs d’Armanino LLP, pense que oui.

« Je pense que les logiciels mettent la main sur tout, et ceci n’est qu’un autre exemple de logiciel qui met la main sur un autre marché », explique-t-il. Il poursuit en expliquant la façon dont fonctionne la tokenisation et fait remarquer que son principal atout réside dans le fait « qu’elle fractionne la propriété, ce qui n’avait jamais été possible jusqu’ici ».

Mais comment vous y prenez-vous pour faire un audit de ce type de produit?

Associé directeur à Moore Cayman, David Walker explique que « pour faire les audits de ces biens, il faut connaître cette technologie…et lorsque c’est fait correctement, à l’aide d’une plateforme de chaînes de blocs ou d’une technologie de grand livre distribué, on peut assurer une couverture plus complète. Il est possible d’atteindre un plus haut degré d’exactitude ou de confiance lorsque c’est fait correctement. »

Lori Stein, partenaire chez Osler, Hoskin & Harcourt LLP, explique que les organismes canadiens de réglementation des valeurs mobilières ont cerné les risques spécifiques aux actifs numériques que tous les investisseurs devraient connaître. Ils ont établi des lignes directrices relatives à la divulgation des renseignements sur a) la garde de ces types d’actifs numériques b) les exigences en matière d’audit des sociétés ouvertes c) la structure et le type d’émetteur de l’actif visé par l’investissement.

Même si la tokenisation n’est pas vraiment simple, Dan Natale recommande « d’adopter les nouvelles plateformes technologiques, parce qu’il est évident que les consommateurs de biens immobiliers du futur exigeront le changement ».

Regardez la séance complète ici!